Critiques et reviews, Musique

Shake Your Autumn

Bonjour à tous ! Aujourd’hui comme d’habitude, je vous propose un récap de ce début d’automne qui fut si riche en bon son, et rythmé par de nombreuses sorties d’albums en tout genre et par quelques come backs.

Albums

Yelle – Complètement Fou

Après Pop-Up et Safari Disco Club, Yelle et GrandMarnier reviennent (sans Tepr qui a quitté le groupe) avec Complètement Fou, produit par le hitmaker Dr.Luke. Un titre festif pour une tracklist pleine de titres amusants qui annoncent d’emblée la couleur de ce 3ème album, dans lequel Yelle se dévoile un peu plus. Le disque est truffé d’histoires très intimes, groovy comme dans le sensuel Nuit de Baise II ou les teenage Ba$$in et Coca Sans Bulles, parfois mélancoliques, comme les frissonnants Les soupirs et les refrains et Un Jour Viendra. Les rythmes sont doux, saccadés voire un brin techno (Toho, Jeune Fille Garnement). Yelle s’essaie également à la ballade nocturne sur Nuit de Baise I, et a le sens des réalités (Dire qu’on va tous mourir). Le côté 80s du 1er album colle encore à son univers, puisque Yelle est toujours partagée entre l’adolescence et l’âge adulte. Elle semble également avoir atteint l’âge de la raison, puisqu’elle s’est ici glissée dans un nouvel univers qui lui va à merveille, agrémentée d’une american touch due à la prod de Dr.Luke. Un bon disque faisant preuve de maturité, qui fait le pont entre les deux 1ers.

Note : 3/5. Complètement Fou est un bon album, assez fun et bien produit, qui s’écoute sans prise de tête, même si certains auront du mal à supporter la voix de Yelle quelque fois bidouillée au vocoder.

The Dø – Shake Shook Shaken

Après un 1er album étouffé par le tube agaçant On My Shoulders et un 2ème album passé inaperçu, The Dø reviennent avec Shake Shook Shaken, un disque de rupture musicale et sentimentale. Le nom du disque, plutôt intriguant, décrit bien l’univers de ce nouvel album très secoué et secouant. Sur la pochette, Dan et Olivia sont en voiture, comme s’ils voulaient fuir le passé : le décor est posé. Des chansons nostalgiques aux airs symphoniques (A Mess Like This, Miracles (Back in time), Lick My Wounds), une voix douce et cristalline rappellant quelque fois Bjork (comme sur Sparks), dans lesquelles guitares, percussions et sythés s’entrechoquent pour donner vie aux histoires mouvementées de The Dø. Au programme également, des musiques catchy et frappantes, aux histoires inquiétantes, sincères (Opposite Ways, Despair Hangover & Ecstasy), telle est la formule de ce génialissime Shake Shook Shaken. Touchants, sincères et métamorphosés, The Dø frappe fort et marque son renouveau avec succès. Un disque un peu court, certes, mais bien travaillé, intelligemment pensé et chargé d’émotions.

Sur scène, The Dø deviennent quatre et sont tout aussi impressionnants. Leurs titres gagnent en charme, les sentiments restent intactes et Olivia, vêtue, tout comme sur la pochette, d’une combinaison orange façon prisonnière, se transforme en un personnage de manga et prend des poses dignes d’un ninja au rythme de la musique.

En bref, The Dø est, sur leur 3ème opus comme en live, un groupe époustouflant. Très beau disque, tout simplement. Note : 4/5

SBTRKT – Wonder Where We Land

Trois ans après un premier album éponyme qui l’a révélé au grand public (notamment grâce au single Wildfire, en featuring avec Little Dragon), l’anglais SBTRKT remet le couvert avec Wonder Where We Land, dont la sortie avait été annoncée cet été. Sur la lignée du précédent, ce nouvel album fait dans l’électro peu commune. Assez long sur la durée (Wonder Where We Land compte 15 titres + 6 bonus) ce nouveau LP comprend pas mal de featurings, certains ayant déja apparus sur le 1er album (Jessie Ware, Sampha) et d’autres comme Ezra Koenig (Vampire Weekend), A$AP Ferg, Warpaint (pour ne citer que les plus connus), ces chanteurs ayant pour la plupart une voix planante (comme Caroline Polachek sur Look Away). Un disque aérien emprunt de douceur, beauté et poésie qui fait chaud au cœur, s’écoutant d’une traite.

Note : 4/5. A écouter si vous êtes en quête de calme.

Jessie Ware – Tough Love 

L’opus succédant à Devotion est sans grande surprise : l’anglaise Jessie Ware (dont je viens de vous parler plus haut) nous propose ici un beau disque électro-pop de 15 titres, durant en tout près d’une heure, rempli de love songs aux paroles un peu banales frisant parfois la niaiserie. Doux, lent, poétique mais jamais ennuyeux, Tough Love est un disque charmant. Jessie n’a pas vraiment pris de risques sur le 2ème LP mais elle a gardé son charisme et sait toujours s’exprimer avec autant de grâce et de légèreté. Et puis sa belle voix fait toujours autant plaisir à écouter. Note : 3,5/5

Jhene Aiko – Souled Out

Jhene Aiko, qui a fait parler d’elle au détour de featurings avec des rappeurs tels quel Schoolboy Q, Drake ou encore Childish Gambino, sort son 1er album Souled Out, après les EPs Sail Out et Sailing Souls. Un album personnel, aux accents pop et R’n’B, un peu philosophique et apaisant qui frôle quelque fois l’ennui, sur lequel Jhene Aiko s’impose en porte parole de la paix. Sauf qu’au fur et à mesure qu’on l’écoute, cet album est de moins en moins intéressant, et ça c’est dommage. Ce n’est pas un album excellent ou original mais c’est quand même pas mal. Note : 2,5/5. Mi cool mi chiant.

A écouter également : Our Love, le génialissime album de Caribou qui finira surement dans beaucoup de tops albums de fin d’année, Godforkasen Roads, l’album de Black Strobe, le groupe d’Arnaud Rebotini, Sirens, le 1er album du duo anglais Gorgon City.

L’EP du mois

Elliphant – One More

Après son 1er album A Good Idea sorti l’an dernier et un EP sorti il y a quelques mois, Look Like You Love It, la suédoise Elliphant, signée chez Mad Decent (le label de Diplo), qui fait parler d’elle depuis 2 ans (notamment avec le single Down On Life) sort One More, un EP de 5 titres dont la durée tourne autour de 3 minutes.

1ère constataion, cet EP est parsemé de featurings, avec en tête la danoise MØ pour l’enivrant et mélancolique single One More. Dans le clip, l’amitié fusionnelle qui relie les deux filles est mise en scène dans un cadre assez glauque. Maquillées et coiffées en geisha, Elliphant et MØ, vêtues d’un hoodie Adidas, sont ici le porte parole de la génération white trash : elles se baladent la nuit en voiture, s’embrassent et se battent, enchaînent les gorgées d’alcool et les cigarettes tout en scandant « Come with me tonight, I got money ». Ici, les chanteuses représentent avec brio la débauche actuelle. Elles traînent la nuit comme si elles n’avaient plus aucun avenir. Une vidéo soft et trash à la fois, qui donne du cachet à cet hymne nocturne symbolisant le vide et le désespoir ressenti par certains jeunes adultes.

Pour ce qui est de l’EP, il est plus accessible que le précédent : Elliphant nous propose ici cinq titres electro, plus « écoutables » que ce qu’elle a sorti avant. Moins joyeux certes, mais beaucoup plus personnel (comme le titre Never Been In Love) et plus intéressant qu’auparavant. A l’instar de Look Like You Love It étouffé par de lourds instrumentaux dubstep , la voix d’Elliphant, aux accents reggae, est plus mise en valeur dans One More, qui est plus léger et assez chic. On a le droit à des titres bien produits au tempos lents, et dont l’émotion est plus perceptible, à l’inverse de l’EP précédent. One More est très agréable à écouter, certes assez court dans la durée mais de meilleure qualité. Une jolie progression qui boostera sûrement la carrière d’Elliphant. Note : 4,5/5

Chansons

A$AP Rocky feat.Juicy J – Multiply

Après un 1er album pas mauvais salué par les critiques l’an dernier, Long.Live.A$AP (qui succédait la mixtape Live.Love.A$AP), A$AP Rocky revient avec son nouveau titre Multiply, à l’ambiance et au clip sombre. L’instru est simple et répétitive, le flow intact : A$AP a gardé son style et sa personnalité tout en se renouvelant et en y apportant un peu de modernité. Comme quoi la simplicité a du bon.

Hanni El Khatib – Moonlight

Le californien skater/rocker super cool Hanni El Khatib a dévoilé un nouveau single au titre et à la pochette très poétique et stylistique, Moonlight. Sur cette nouvelle chanson, Hanni joue la carte de la simplicité en restant fidèle à lui-même, ce qui n’est pas plus mal. Un titre plaisant, qui confirme qu’il sait réinventer son style sans s’en éloigner pour autant. Ça sonne rock, mais moins lourd comparé aux deux 1ers albums chargés en guitares. Moonlight promet du bon pour l’avenir.

Spank Rock feat.Amanda Blank – Assassin

Après une longue période d’absence, Spank Rock et sa protégée Amanda Blank refont surface avec le bien nommé Assassin, un titre explosif à l’instru très chargée portée par les flows de Spank & Blank. Telle une bombe atomique, les deux rappeurs détruisent tous sur leur passage avec ce addictif Assassin. A écouter sans modération, en attendant la suite …

Le clip du mois

Pharrell Williams – It Girl

Après avoir sorti des clips pas très originaux pour Come Get It Bae et Marilyn Monroe, Pharrell tape maintenant dans le haut de gamme en collaborant avec le génial Takashi Murakami (qui avait déja dessiné des artworks pour Kanye West époque Graduation) pour donner vie au doux et mignon It Girl. Adieu la horde de danseuses et bonjour au joli dessin animé kawaii hautement coloré. Dans cette vidéo, on peut voir une bande de copines s’amuser à la plage et passer la soirée en yukata (kimono traditionnel japonais, pour ceux qui ne connaissent pas) dans un festival d’été typiquement japonais, qui se terminent toujours par un feu d’artifice. Entre deux plans, Pharrell apparaît, pixellisé, sur un panneau publicitaire de son album G I R L (faire la pub de son propre album dans son propre clip, fallait y penser …) et offre un yukata aux couleurs du clip au personnage principal tel un gentlemen. La mise en scène, elle, vascille entre l’animé de manga shôjo et le jeu vidéo. Un vidéo novatrice et bien pensée, qui a sûrement demandé beaucoup de travail et qui nous rappelle que Pharrell est avant tout un artiste assez éclectique ayant un certain goût pour l’art. Un grand bravo à Takashi Murakami qui ne cesse de repousser les limites de sa créativité. L’un des clips de l’année !

Voila pour aujourd’hui ! Tu peux également écouter la plupart des artistes évoqués ici dans ma playlist Spotify ci-dessous. Sur ce à très bientôt et bonne écoute !

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s