Live Report, Musique

Live report #4 : France Inter fête la musique @ L’Olympia, le 21/06/14

Hier, pour la fête de la musique, je suis allée à la grande soirée organisée par France Inter qui a eu lieu a L’Olympia. Une soirée chic, puisqu’il y avait au programme Lana Del Rey, Christine and the Queens, Breton, Agnès Obel, Katerine, Jeanne Cherhal …

Mais pour profiter de cette jolie soirée, on a d’abord du supporter 4h de queue (arrivée dans la queue à 12h30, entrée dans la salle à 16h30). Un long temps d’attente qui m’a permis de jeter un coul d’œil au public, composé en grande partie de fans de Lana Del Rey (le look est la : couronnes de fleurs, tee-shirts à son nom et à son effigie). Certains fans ont même dormi devant L’Olympia (!).
L’organisation laissait à désirer : non-accès aux gradins pour des raisons assez douteuses, son mal maîtrisé (notamment lors des prestations de Katerine et Christine and the Queens) … Certaines personnes ayant fait la queue n’ont même pas eu accès à la salle.

16h30 : entrée dans la salle, Isaac Delusion arrivent peu de temps après. Leur prestation était assez molle : les titres s’enchaînent et se ressemblent, la musique et le chant ne sont pas transcandents … Un moment assez ennuyeux.

19h30 : après l’interminable finale du Radio Crochet Inter, Jeanne Cherhal, exceptionnellement accompagnée de l’orchestre national de France, fait son apparition. Si la musique était très jolie, les textes de Jeanne Cherhal ne collaient pas vraiment avec et n’étaient pas trop à la hauteur. Un live sympa mais sans plus.

20h30 : Lana Del Rey arrive, au bonheur de tout le public. Rayonnante et souriante, elle a interprété Cola, suivi de Blue Jeans, West Coast, UltraViolence, Born To Die et a fini comme il se doit sur le titre qui l’a révelée, Video Games. Une prestation très sympa, d’autant plus qu’elle était très connectée avec le public, effervescent.
C’était un jour assez spécial pour elle, puisqu’elle nous confie ensuite qu’elle est ravie d’être à Paris pour son anniversaire, que tous les spectateurs lui ont souhaité. Un live doux, et non soporifique, contrairement aux avis assez négatifs concernant ses concerts. Une bonne prestation due en partie à ses musiciens, qui ont bien accompagné sa jolie voix. On note également qu’ils ont fait exploser le bugdet pour elle, puisqu’il y avait des lumières colorées et un écran géant sur lequel étaient diffusés ses clips. Sur scène, il y avait également des amplis Marshall.

image

21h30 : Agnès Obel arrive au piano, accompagnée de deux musiciennes (contrebasse, violon). Un live assez similaire à celui de Lana Del Rey, puisqu’Agnès Obel est également dotée d’une belle voix. Ce n’est par contre évidemment pas le même registre pour ce qui est de la musique. Un mini-concert poétique, qui a sûrement ravi les amateurs de  musique classique et qui m’a fait aimer cette artiste, que je trouvais auparavant ennuyeuse.

image

22h30 : Christine and the Queens, l’une des sensations du moment, nous a présenté un show très dynamique. Accompagnée de deux danseurs et deux musiciens, elle a livré une prestation groovy dans la bonne humeur. Si les chansons Saint Claude, Half-Ladies et Paradis Perdus ont radouci l’ambiance, les autres titres catchy, tels que Narcissus is Back, Science Fiction et Christine, ont mis l’ambiance à la salle. Christine, de son vrai nom Héloïse, a pris un grand plaisir sur scène : interactions avec le public, chorégraphies travaillées (et digne de la fan de Michael Jackson qu’elle est !), chant au top : elle a largement fait honneur à sa réputation. Elle a également dansé sur du rap, et a gardé le sourire quand des problèmes de son intervenaient. C’est avec tristesse qu’elle nous quitte sur Nuit 17 à 52 (si je pouvais je resterais ici pendant trois heures !, à-t-elle dit), mais heureuse d’avoir joué ici. Le temps fort de la soirée.

image

23h30 : arrivée de Katerine, qui a parfaitement su prolonger l’ambiance dansante qui régnait dans la salle grâce à Christine and the Queens. Une prestation bien évidemment très fun, lors de laquelle il était au saxophone, mais également accompagné d’um bassiste (entre autres). Ensemble, ils n’ont joué que des titres tirés de son dernier album Magnum, à commencer par Sexy Cool, puis Amiami, ADN, Sensibles, et Patouseul. Il termine avec un titre qui pourrait, selon lui, démolir la salle, Paris, la France, le continent, le monde : Louxor j’adore. Un dernier titre qui a fait danser toute la salle, qui l’a faite également râler au fameux moment du « je coupe le son … Et je remets le son ! ». Une version conforme à la vraie, donc. Un live survitaminé, en continuité avec le précédent.
image

Même si la soirée n’est pas encore terminée, je décide malheureusement de partir, car j’étais bien trop fatiguée pour rester. J’ai quand même assisté à 7h30 des 10h de lives proposés, je repars donc sans regrets.

Bilan : malgré une mauvaise organisation, des ingénieurs du son pas au top et un début de soirée horriblement ennuyeux (la « vraie » soirée a commencée à partir de 19h30), ce fut un moment assez incroyable.
La reine de la soirée fut clairement Christine and the Queens (sans mauvais jeu de mots), qui a livré le meilleur concert de tous.

C’est la dessus que je vous quitte, je vous dit donc à très bientôt pour ma review, ainsi que pour d’autres live report.
Stay tuned !!

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s